Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PrÉSentation

  • : Geologie, Sortie sur le terrain, Stage de terrain
  • : Les articles qui seront publiés sur ce Blog de l'IDGT seront destinés à fournir des informations pour tous ceux qui désirent faire ou organiser des sorties géologiques sur le terrain.
  • Contact

Recherche

14 octobre 2019 1 14 /10 /octobre /2019 14:36
Grès de Fontainebleau dans le jardin des Plantes (Photos Marie Esnault-Genty)

Grès de Fontainebleau dans le jardin des Plantes (Photos Marie Esnault-Genty)

Une météo favorable et 23 participants à cette sortie du samedi 19 octobre 2019.

Le RdV était fixé à l'angle de la rue Jussieu et la rue des Fossés Saint Bernard au pied de la tour 16 de l'Université Pierre et Marie Curie, les photos sont de Marie Esnault.

Après le traditionnel rappel sur la géologie de Paris et ses carrières à partir de la carte géologique, nous nous sommes rendus dans le sous-sol de la Poste Jussieu  pour aller observer les vestiges historiques qui y ont été découverts : enceinte Philippe-Auguste érigée par les parisiens de 1190 à 12015 avec ici une arche pour laisser passer le canal de la Bièvre. Le canal avait été creusé par les moines de l'Abbaye Saint-Victor, anciennement située à l'emplacement du parvis Jussieu entre les tours 36 et 46 et matérialisée sur le sol par un dallage de couleur noire.

Enceinte Philippe-Auguste (1190-1215) et arche au-dessus du Canal de Bièvre....un véritable petit musée

Nous avons marché ensuite vers la Seine en longeant l'UPMC sur une voirie en granite porphyroide

Petite incursion sur le Pont de Sully avec la célèbre vue sur le Pont de la Tournelle et la Statue de Sainte Geneviève, tous deux en calcaire lacustre blanc massif de Château-Landon (région de Nemours) très utilisé à partir de Napoléon (Arc de Triomphe, Basilique Montmartre...) et bien sûr la cathédrale de Notre-Dame construite en calcaire grossier lutétien de paris et terriblement sinistrée par l'incendie du mois de juin 2019.

Sur le Pont de Sully construit de 1875 à 1876 par les ingénieurs Vaudrey et Brosselin. La balustrade en fonte laisse voir le calcaire blanc massif de Château-Landon.

Nous descendons sur les Berges dans le Jardin Tino-Rossi, lieu de baignade à l'époque de Henri IV puis port de la Halle aux Vins et aujourd'hui aménagé en promenade où nous pouvons observer de nombreux matériaux géologiques utilisés à Paris.

Sur les berges nous marchons ici sur des pavés en grès de Fontainebleau très utilisés autrefois à cause de leur résistance aux roues métalliques

Juste en bordure du quai ce sont de grosses dalles de calcaires grossiers lutétiens qui ont été utilisées, elles montrent de très nombreuses empreintes de Cérithes, gastéropodes marins caractéristiques du calcaire Lutétien supérieur de Paris.

En bordure de Seine, pavés en grès de Fontainebleau et calcaire grossier du Lutétien supérieur bourré de Cérithes (photo Ronan)

Au niveau des petites arènes réalisées dans le quai en bordure de Seine nous observons d'autres types de roches. En premier lieu un calcaire jaune porcelané à nombreux articles de crinoides dont les célèbres étoiles à cinq branches en calcite de la variété Pentacrinus Liliiformis. Il s'agit là du calcaire de Massangis (Jurassique moyen, étage Bathonien, Yonne)  utilisé en parement ou en dalles dans les constructions ou aménagements récents.

Au sommet de l'arène, dallage en calcaire lutétien à Cérithes en section scié

Au coeur de l'arène, une ébauche de rosace en granite rose à mica noir et roche magmatique verte à chlorite et amphibole (diorite).

Nous poursuivons vers le pont d'Austerlitz en remontant sur le quai au niveau de la brigade fluviale. En passant belle bordure en pavés de grès rouges du Trias des Vosges.

Pavés de grès rouges du Trias (érosion de la Chaîne hercynienne mis en place à la fin du Primaire)(photo Ronan)

 Le pont d'Austerlitz construit sous Napoléon en 1805 a été élargi deux fois en 1854 et en 1884. La roche blanche au sommet des arches est un calcaire blanc jurassique montrant de nombreux joints stylolithiques, il s'agit du calcaire de Saint Ylié dans le Jura d'âge Oxfordien (Jurassique supérieur) 

Près du Pont d'Austerlitz, calcaire blanc à joints stylolithiques de Saint Ylié dans le Jura, d'âge Oxfordien.

Sur le Pont d'Austerlitz, les parapets sont construits en calcaire à entroques (Crinoides) provenant d'Euville dans la Meuse d'âge Oxfordien (Jurassique supérieur) à jolies pentacrines.

Sur le pont d'Austerlitz avec les calcaires blancs à joints stylolithiques et les calcaires gris à entroques (pentacrines donnant les articles en étoiles à cinq branches)

Nous entrons au Jardin des Plantes créé en 1626 sur des terrains offerts au roi Louis XIII par  Guy de la Brosse, d'abord Jardin Royal des plantes médicinales puis Jardin du Roi au XVIII° avec Alfred de Jussieu, puis sous la Direction de Buffon...Il deviendra Muséum National d'Histoire naturelle sous la Convention.

A l'entrée, sur les murs des pavillons d'accueil, les pierres de construction sont en calcaires lutétien moyen de l'Oise, calcaire à Ditrupa (petits tubes de vers porcelanés et millimétriques) de la région de Saint Leu d'Esserent.

Photos montrant les calcaires à Ditrupa du Lutétien moyen avec présence d'une Nummulite sur la photo de droite et le calcaire grossier à Cérithes du Lutétien supérieur en section taillée et en section sciée (photos et montage B. Cabanis)

A l'entrée du Jardin, le socle de la statue de JB. de Lamarck, célèbre naturaliste, a été taillé dans une troisième variété de calcaires à entroques avec des Pentacrinus (calcaire de Pouillenay de la Côte d'Or) d'âge Bajocien inférieur. Le ciment entre les articles de crinoides en calcite blanche est ici de teinte ocre due à des oxydes de fer.

Jardin des Plantes, au pied de la statue de lamarck, calcaire de Pouillenay à entroques

Dans le jardin où se déroulent ce samedi 19 octobre les fêtes de la Science 2019,  nous effectuons un rapide jeu de piste géologique élaboré par B. Cabanis pour les fêtes de la Science de 2016 à partir des deux documents ci-dessous.

Document élaboré par B. Cabanis à l'occasion de la Fête de la Science 2016, à partir de 10 photos il fallait retrouver les dix emplacements mentionnés par des numéros sur la photo aérienne dans le jardin

Nous effectuons successivement les arrêts 10 et 9 correspondant aux photos I et B

Devant le tronc silicifié de Cyprès Chauve retrouvés dans les sables de Fontainebleau de la région parisienne il y a 33 millions d'années lors d'une précédente sortie IDGT
Devant le bloc de grès de Fontainebleau noircit par les bactéries

Nous nous rendons ensuite aux arrêts 5 et 6 pour observer le calcaire lutétien à Cérithes au pied des colonnes de l'entrée de la galerie de Minéralogie et la dalle de calcaire lutétien à fossiles de poissons de Puteaux, photos H et D du jeu de piste.

Nous poursuivons par le 4 (photo C), mur de la Grande galerie avec à sa base le calcaire blanc de Château-Landon résistant et imperméable et le 7 (photo A) qui montre un joli mur en meulière compacte et caverneuse des plateaux de Brie et de Beauce.  La meulière est un calcaire lacustre transformée secondairement en roche siliceuse.

Nous terminons vers 13h15 par le 2, escalier d'entrée des carrières souterraines de calcaire grossier (photo G) et le 8, moellons de calcaire à Ditrupa dans le bâtiment administratif (photo J).

Dix participants se retrouvent pour déjeuner sympathique dans une brasserie située en face de la poste de Jussieu. La boucle est bouclée.... 

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers (lien sur pseudo). Au plaisir.
Répondre